Les toilettes du Mac Do

Les toilettes du Mac Do

Voilà ce qu’il m’est arrivé il y a quelques semaines, un après midi. Je faisais des courses en ville, et prise d’une petite faim, je suis allée prendre un fondant et un thé au Mac Do.

Avant de repartir je suis passée aux wc. Après avoir fait mon pipi, m’être essuyée, j’allais juste tirer la chasse quand j’ai entendue des paroles dans le couloir, une fille qui disait ’non, pas là, attendez...’, puis la porte des WC s’est ouverte, et des rires ont envahi la pièce. Je ne sais pas pourquoi, mais ma curiosité me dit de ne pas bouger.

— Oh ma cochonne t’es trempée, dit une voix d’homme.

— Vite entrons dans cette cabine, dit elle.

Puis il y eut des froissements de vêtement et un ’viens empale toi sur moi’ dit par une autre voix d’homme, et le premier lui dit ’oui poommpe moi fooort Coriiiinne’. Et je ne put pas résister longtemps à l’envie de me caresser, aussi j’ai relevé ma jupe et me suis rassise, ma main est vite venue caresser ma chatte déjà inondée par cette situation.

Eux continuaient leurs ébats, j’entendais que les deux garçons changeaient de rôle de temps en temps. Au bout de quelques minutes Corinne jouit et ils étouffèrent ce qui devait sans doute être des hurlements de plaisir.

Moi de mon côté, j’étais très proche de jouir aussi, et sans m’en rendre compte ne faisais pas trop attention au bruit que je faisais.

— Oh oui continue je sent que ça viens, ouiiii pompe moi...

— Oui moi aussi, relève toi on va t’asperger.

— Non hier j’avais des taches sur mon uniforme !

— Alors dans ta bouche Coco

— Non je déteste ça, non comme d’hab je vous branle et vous arrosez le sol.

Et moi, au bord de l’orgasme que je retenais en attendant qu’ils partent, mais dans un état second, je dus dire un truc du genre :

— Oh non pas par terre moi j’en veux.

Comme je l’ai expliqué dans d’autres récits, j’adore le sperme, m’en faire asperger et le boire. Et ce que je dis, je le fis presque inconsciemment, cela sortait du coeur. Je trouve ça horrible de perdre sur le sol ce merveilleux ’produit’.

Donc j’ai due dire à peu près ’oh non pas par terre moi j’en veux’, tout en continuant de me caresser en me maintenant au bord de la jouissance. Et un grand silence suivit, là je me suis rendue compte de ma bévue !

— m e r d e , il y a quelqu’un ! Allez voir ! dit Corinne.

— OUVREZ ! dit une voix d’homme en cognant sur ma porte.

J’ai obéi, et je me suis retrouvée face à un employé du Mac Do !

— c’est bon, il y a rien a craindre, on est tombés sur une petite chienne qui se caressait en nous écoutant, Nico amène toi, elle est bonne, et toi ma salope puisque t’as soif pompe moi ! dit il en sortant son sexe de son pantalon à peine fermé.

Je me précipitai alors sur son sexe tendu vers ma bouche et lui administrai une bonne pipe. Je le branlais d’une main et ma bouche allait et venait sur son sexe, pendant que ma langue tournait autour dans ma bouche et appuyait aussi sous son gland. Je l’entendais gémir de plaisir, tout en m’insultant un peu (j’adore ça). Son sexe avait bon goût, ça devait être lui qui était en dernier dans le minou de la fille car c’était un goût de mouille, mais elle avait vraiment bon goût.

— Oh oui ma salope... là oui... oh putain que c’est bonnn... oh quelle pipe ouiiii... aaaah je vais t’inonder la bouche salope... encore....

Son copain me tendit son sexe et je le branlai aussi, je ne pouvais pas les pomper chacun à leur tour vue l’étroitesse de la cabine des WC. Le premier ne tardât pas à jouir dans ma bouche, puis s’en dégagea et finit d’éjaculer sur mon visage en se branlant, l’autre pris aussi le contrôle de son sexe et moi ma main alla entre mes cuisses me finir. Le deuxième, un peu en retrait, jouit sur mon chemisier, sur ma main entre mes cuisses, sur mes cuisses et mes bas. Le premier essuya ’sa dernière goutte’ sur ma joue et se retira, le deuxième fit de même. C’est à cet instant que je jouis.

Il me fallut un peu de temps pour reprendre mes esprits, et je réalisai que la porte était ouverte et qu’une fille me regardait, une employée du Mac Do. Ouf son prénom était Corinne.

— Ca va madame?

— Euh oui merci !

— Vous voulez que je vous apporte des kleenex pour vous essuyer?

— C’est gentil mais ce sera pas la peine (dis je en essuyant ce que j’avais sur la joue et en me léchant le doigt ensuite).

— Vous... vous aimez vraiment ça ? Le sperme?

— Oui, pour tout te dire j’adore ça !

— Moi je trouve ça dégueu au goût et humiliant de s’en faire arroser !

— Moi je trouve qu’il n’y a pas grand chose de meilleur !

— Bon je dois vite retourner travailler, si un jour vous revenez, et si nous sommes là, on fait généralement ce genre de pose tous les 3 à chaque fois qu’on bosse ensemble, demandez nous si on a pris la pose...

Et elle me fait un smack et quitte les WC ! Je me dit alors ’Peut être que la prochaine fois, au lieu de commander un double cheese, 1 frite et un coca, je demanderai une double pénétration, 2 grosses frites et un verre de sperme !!!!!’. Mais cette proposition me trottait dans la tête, après en avoir discuté avec mon mari, j’avais envie de pousser un peu plus loin l’expérience. Aussi le mardi suivant, je suis retournée en ville faire des achats, puis vers 15h30 je suis entrée au Mac Do.

Quel bonheur quand j’ai vue Corinne à la caisse. Il y avait très peu de monde, elle me sourit.

— Vous désirez ?

— Euh... un café s’il vous plait. (je n’osais pas trop lui demander, je vis un des garçon en cuisine derrière).

— Très bien, ce sera tout ?

— Euh... enfin... oui.

— Vous désirez peut-être le code pour entrer aux WC ? (Là je me suis dit est-ce une proposition ou non?)

— Euh oui, ça peut être utile oui.

— Oui très utile, moi je prends ma pose dans 10 minute et j’irai, c’est 2315A Madame.

— Merci.

J’étais quasi certaine qu’elle m’avait fait une proposition, ma chatte commençait de s’inonder. Quelques minutes plus tard, alors que je finissais mon café, elle passe vers moi, et me fait un signe de tête, je lui souris et prends vite mon sac et je monte les escaliers derrière elle (les WC sont au 2ème étage). On entre sans mot dire.

— Venez dans la cabine pour handicapés, là il y a de la place, les garçons vont arriver.

Aussitôt dans la cabine, elle quitte son pantalon et sa chemise, elle est en soutien gorge et culotte devant moi.

— Mettez vous à l’aise, ce sera mieux.

Je fais comme elle, et je quitte ma jupe, ma veste et mon chemisier et les pends au crochet derrière la porte. Je suis en soutien gorge, porte jarretelles, bas et string en dentelles devant elle.

— Ouah, superbe lingerie !

— Merci !

— Assied toi là, me dit elle en me montrant le toilette.

Elle s’approche doucement de moi, sa main caresse mon soutien gorge, puis viens se glisser sous la dentelle et caresse mon sein. Elle colle son ventre contre mon visage, je lui fais des bisous sur sa peau douce.

— Lèches moi vite, j’ai envie.

Je baisse mon visage, ma langue court sur sa culotte, se rapproche de son entre jambe, elle est trempée ! J’écarte le tissu et ma langue pénètre entre ses lèvres humides. Elle tient mon visage collé entre ses cuisses et donne des coups de reins afin de frotter son clitoris contre mon visage.

— Alors les salopes on se lèchent en attendant les hommes ! Bougez pas on va vous baiser ! Ouah regardes moi cette garce, oh putain j’adore cette tenue, je bande comme un dingue ! Thierry tu baises Coco et moi je prend cette chienne sexy.

Il fit tomber son pantalon et me présenta son sexe devant la bouche. Corinne suçait l’autre, et moi je m’occupais de son copain. Puis il s’est assis sur le WC, m’invitant à m’empaler sur lui. Ce que je fit sans me faire prier !

Il me prit de dos à lui, ses mains sur mes fesses retenaient mon corps et me faisaient m’empaler peu à peu sur son sexe tendu. Je le sentais envahir ma chatte. Une fois son sexe entièrement en moi, sa main droite fit le tour de mes hanches et se glissa dans ma toison, puis entre mes lèvres et il caressait mon clitoris.

Mon clito se mit très vite à gonfler sous l’excitation de la situation et sous ses paroles qu’il glissait au creux de mon oreille : ’ Alors salope c’est bon d’avoir une grosse bite dans ta chatte... T’aimes ça hein salope ma grosse pine qui te ramone la choune ’ .Là il se vantait quand même car la taille de son sexe n’avait rien d’exceptionnelle, une longueur normale mais plutôt fine. Les mots crus m’excitent beaucoup, et cela me faisait mouiller abondamment. Son autre main vint caresser mes seins. Il pinçait sauvagement mes tétons.

Corinne se releva et vint coller son ventre contre mon visage. Puis elle appuya fortement sur ma tête me signifiant son désir que je la lèche. L’autre était passé derrière elle et son sexe était déjà dans sa chatte quand ma langue et ma tête purent se trouver une place entre ses cuisses.

J’étais fortement penchée en avant et du coup Nicolas me prenait très profondément, mes mains étaient accrochées aux fesses de Corinne que j’écartais, facilitant ainsi la pénétration de Nicolas. Je léchais son clitoris tendu, parfois je donnais aussi des coups de langues sur le sexe de Nicolas qui allait et venait en elle. Ce qui était fort agréable car il était enduit de la mouille de Corinne qui a très bon goût. Parfois même, Nicolas sortait du vagin de Corinne et venait se glisser entièrement dans ma bouche.

Je n’entendais rien car mes oreilles étaient collées entre les cuisses de Corinne, mais j’ai vite compris quand elle a commencé de jouir, elle serrait ses cuisses de plus en plus, son bassin donnait des mouvements pour appuyer et frotter son clito encore plus sur ma langue et certainement pour mieux ressentir le sexe en elle. Thierry lui me besognait toujours, j’essayais de monter et descendre sur son sexe et lui m’aidait en me soulevant les fesses, le seul ennui et que je ne pouvais plus l’entendre me dire des cochonneries et que ses mains ne caressaient plus mon clitoris et mes seins, mais il a vite trouvé quelques chose à exciter... car son pouce et venu chatouiller mon anus puis peu à peu est venu presser mon orifice pour enfin y pénétrer !

Quand Corinne a joui, j’ai senti son corps s’agiter de spasmes et j’ai cru qu’elle allait faire éclater ma tête entre ses cuisses ! Nicolas s’est retiré de sa chatte et un flot de mouille s’est écoulé sur mon visage. Je me suis remise droite, mon dos me faisait souffrir dans la position dans laquelle j’étais. Je regardais Corinne, épuisée par son orgasme qui avait du être très fort, Nicolas avait encore sa main sur sa bouche. Thierry s’était arrêté de me faire aller et venir sur son sexe pour regarder le spectacle de Corinne jouissant.

’ Allez viens maintenant, baises toi sur ma queue salope ’ me dit Thierry à l’oreille, alors je me remis à monter et descendre sur lui. Nicolas voulu se finir avec Corinne, mais elle refusa, elle était HS. Il se dirigeât alors vers moi, le sexe tendu à hauteur de ma bouche. Il me prit par la tête et me fit emboucher son sexe raide, qui était beaucoup plus gros que celui de Thierry. Il avait le goût de Corinne.

Thierry suggéra de changer de position. On s’est relevés, j’en ai profité pour quitter mon string. Nicolas prit sa place sur la toilette, et Thierry me fit me tourner face à Nicolas, j’ai alors compris ce qu’il voulait ! Je me suis empalée sur le sexe de Nicolas qui me remplissait bien la chatte, Thierry me fit le sucer, je l’ai abondamment lubrifié devinant qu’il allait pas en rester avec une pipe. Il a ensuite quitté ma bouche et j’ai senti son gland contre mon anus. Nicolas l’encourageait :

— Vas y Thierry, encules moi cette chienne !

— Oh oui c’est la première fois que je vais le faire ! Oh oui, j’entre là... Oh c’est serré... ouiiii

Il venait de rentrer dans mon derrière. Effectivement c’était sa première fois car il est entré en moi comme dans une chatte, donc sans beaucoup de ménagement. J’ai eu donc mal, et il n’a pas attendu que je me remette. Directement il a commencé ses va et viens. Heureusement que je suis habituée à cette pénétration, et que donc mon anus est souple. Très vite le plaisir est monté en moi. Sentir deux sexes en soi c’est formidable. Mais les deux garçons n’en revenaient pas non plus, ils sentaient le sexe de l’autre contre le leur. Je sentais mon corps vibrer au rythme des coups de bite de Thierry, ma jouissance montait et je n’allais pas tarder à crier mon bonheur.

Thierry n’a pas attendu ce moment, tout à coup il a accéléré autant qu’il le pouvait, signe annonciateur de sa jouissance ’ ooh ouiiii...aah je vais jouir...oui.....Ouvre ta bouche je vais tout te donner... ’. Et il s’est retiré de mes entrailles brusquement (Aïïïe !), à retiré rapidement son préservatif tout en se dirigeant vers ma bouche ouverte. Je n’ai eu à faire que deux ou trois va et viens avant de recevoir les chaudes giclées de sperme au fond de ma bouche. J’ai tout avalé jusqu’à la dernière goutte, son sexe est devenu mou, épuisé.

Nicolas à voulu changer de position :

— Moi aussi je veux t’enculer, je ne l’ai jamais fait non plus !

On se relève donc, j’ai alors pu constater que Corinne était partie et que Thierry était presque tout habillé. Je me suis penchée sur le toilette et Nicolas est venu me sodomiser dans une sorte de levrette, mais debout penchée. Je l’ai guidé pour pas qu’il me défonce, je lui ai dit de me pénétrer doucement, d’attendre après avoir rentré son gland, puis une fois qu’il serait entièrement en moi. Ce qu’il fit, il me demanda même à chaque fois s’il pouvait reprendre.

Je pense que son sexe a encore grossi une fois dans mes fesses, cela devait vraiment l’exciter. Très vite mon excitation est revenue et j’ai été emportée par mon orgasme. Nicolas ne s’en souciait pas et continuait de me bourrer. Malheureusement pour lui il n’a pas put attendre longtemps et bien profiter de mes fesses car je pense que 3 minutes plus tard il annonçait sa jouissance. Il fit la même chose que Thierry et se retira de mes fesses, et après avoir ôté son préservatif il a joui dans ma bouche. Beaucoup moins que Thierry à mon grand malheur, mais bon, on fait avec ce que les hommes donnent !

Nicolas m’a remercié et m’a dit de revenir quand je veux tout en se rhabillant. Je me suis rhabillée puis rafraîchie aux lavabos et je suis retournée à ma voiture. En fouillant dans mon sac j’ai trouvé la culotte de Corinne avec inscrit dessus : ’Appelles-nous pour se revoir, peut être avec ton mari...mon tel 06...’

Mon mari aimerait bien les rencontrer et je pense que d’ici peu, on les invitera à un barbecue à la maison, et j’espère à nouveau passer au grill ! ! !

Hors ligne
Publié il y a 2 semaine(s)
Vu: 219 fois

Pour laisser un commentaire, merci de vous connecter

TOILET SLAVE FOR MISTRESS

TOILET SLAVE FOR MISTRESS

Les femmes se vengent en gynécologie

Les femmes se vengent en gynécologie

Les soumises des toilettes

Les soumises des toilettes

Elles aiment le champagne doré

Elles aiment le champagne doré

J’aime les jeux érotiques et Médicaux

J’aime les jeux érotiques et Médicaux Je m'appelle v i o l aine, brune,...

Culotte cagoule uro pour ne rien perdre

Culotte cagoule uro pour ne rien perdre

Soumise à l'entonnoir

Soumise à l'entonnoir

Selfies très coquins

Selfies très coquins

Ne rien perdre

Ne rien perdre

Ma femme, ma pute

Ma femme, ma pute J’ai connu Julie, elle n’avait que 20 ans et habitait un...