Addiction anale

Depuis la soirée où, à 17 ans, j’avais été enculé pour la première fois, j’étais dans un état d’excitation permanente, une excitation focalisée sur mon anus, je ne pensais qu’à ça. En voyant une aubergine, je me demandais quelle sensation cela me ferait si elle était enfoncée dans mon anus.

J’ai alors décidé d’aller acheter un plug. J’étais rouge de honte à l’idée d’entrer dans cette boutique, imaginant le regard lubrique d’un vieux client pervers et le sourire en coin du vendeur qui, en fait, était une jeune vendeuse, à peine 18 ans.

« Bonjour monsieur » dit-elle d’un ton joyeux en sortant de l’arrière-boutique, « Je vous laisse faire le tour, n’hésitez pas à me demander conseil"

« Quels conseils une fille de mon âge peut-elle me donner » pensais-je, mais il était évident qu’une vendeuse de sex-shop en connait bien plus, qu’un ado qui, sodomisé depuis moins d’une semaine, achète son premier plug.

Je fis rapidement le tour de la pièce du regard ; repérant l’emplacement des jouets, je m’y dirigeai d’un pas hésitant, ne voulant pas montrer mon intérêt de façon trop évidente. Mon regard s’attarda sur une mallette contenant trois jouets en forme de cône avec une partie plus étroite, des « plugs ». C’était exactement ce qu’il me fallait. Je commençais à bander en pensant à ce que je pourrais en faire. Je n’étais pas sûr de pouvoir faire le tour du plus gros avec mes doigts.

Je fus interrompu dans mes pensées lubriques par la voix de la vendeuse : « Un conseil peut être? » « Euh, oui... c’est combien le coffret là ? ».

« Le coffret dilatation anale est à 50 euros, pour l’initiation à la sodomie, c’est parfait ». Je tâtai le plus petit plug puis me rapprochant du plus gros je l’empoignai, mes doigts n’en faisaient pas le tour. Il devait faire vers les 6 centimètres.

« Celui-ci n’est-il pas un peu gros pour un débutant ? » « Oh ! au début oui, mais on s’y fait vite, passé les premiers moments, c’est que du plaisir. Vous pourrez même le garder plusieurs heures ». Cette discussion était surnaturelle. Nous discutions d’objets destinés à être introduis dans mon cul, dilatant la rosette à 6 cm pendant plusieurs heures jusqu’à rendre mon cul béant comme une casserole. Elle m’aurait fait une démonstration de ce plug avec son propre anus que je n’aurais pas été plus étonné. Cette pensée fit monter mon excitation d’un cran. Je sentais mon anus s’ouvrir tout seul. « Oh mais attendez, nous avons reçu un nouvel arrivage » puis elle partit en arrière-boutique d’où elle revint avec une boite transparente ; à l’intérieur il y avait un énorme plug noir.

« Et si ça ne vous satisfait pas, nous venons de recevoir ceci » dit-elle en sortant le plug de sa boite.. Je remarquai une poire de gonflage au bout d’un tuyau. Elle empoigna cette poire et se mit à gonfler le plug qui prit une taille démentielle.

« Je le prends aussi ». Je commençais à sentir l’orgasme venir. J’allai vite régler mes achats ; la vendeuse m’offrit un tube de lubrifiant anal et mit mes achats dans un sac blanc anonyme.

J’avais des bouffées de chaleur, les jambes tremblantes. Comment avais-je pu découvrir la sodomie il y a une semaine et fantasmer à ce point sur la taille de ce que je pouvais me mettre dans l’anus. Mon excitation semblait être proportionnelle à la grosseur de l’objet. La simple vue du plug grossissant avait failli déclencher une giclée. L’idée qu’un tel objet pouvait prendre place dans mon rectum et l’élargir jusqu’à ne plus pouvoir le refermer, me mettait dans un état hystérique.

N’y tenant plus je me cachai au coin d’une ruelle, fouillant dans le sac à la recherche du plug. D’une main tremblante je défis, ma ceinture, me lubrifiai le trou du cul, présentai le plug moyen à l’entrée dans mon anus. J’eus la surprise de le sentir s’ouvrir docilement. La sensation était extraordinaire, c’était comme si mon sphincter avait une volonté propre. Il avait gobé le plug d’une seule traite, et semblait avoir encore faim. Mon anus se contractait sporadiquement autour du plug. Je retirais le « moyen » plug pour le remplacer par le gros. Mon anus avait faim, j’étais bien décidé à le nourrir. L’insertion du plug de 6 cm fut plus difficile, je dus le lubrifier plusieurs fois. En serrant les dents, il finit par entrer. Et mon anus continuait à téter goulûment ce plug qui me comblait le fondement à la limite du supportable.

À ce moment-là je sus que je ne pourrai plus jamais m’en passer.

En ligne
Publié il y a 1 semaine(s)
Vu: 138 fois

Pour laisser un commentaire, merci de vous connecter

Humiliation

Ma correspondance avec un Fessestivitien m’a fait réfléchir à ce qu’on...

Des milliards d'étoiles

Je suis dans un club échangiste presque vide mais, c’est la règle ici, tout...

Cuir et candaulisme

Le jeudi soir, il y a des parties cuir et vinyle. Personne ne se rappelle...

La surprise

Dans la semaine suivant ma rencontre dans les ruines hitlériennes, il a fait...

Copine cochonne

Cette après-midi, je suis allé chez une copine cochonne de 29 ans qui m’a...

Conte de Noël

À la rue, sans travail, abandonné par la femme qui l’avait ruiné, il...

Figging

Le figging consiste à insérer une racine de gingembre, ou du poivre, dans...

Anniversaire

UNE JOURNÉE DE CUL Je fus, le matin de mes quarante ans, réveillé le...

Réciprocité

Valérie, 30 ans, la comptable de la petite entreprise où j’ai travaillé...

Orgasme ruiné

Pendant toute ma vie, j’ai toujours eu envie de me branler. Très jeune, je...