Richard, mon premier Maître

Ma soumission a débuté vers mes 30 ans à une époque où internet n'existait pas encore.

C'était l'époque glorieuse où le sexe se libérait dans des revues spécialisées, dans des peep shw et les sex shops. Ma première expérience, je vous l'ai racontée dans mon premier récit, m'a fait plongé dans le désir d'exhibition et de soumission publique.

J'étais jeune courtier en assurance et je couvrais le secteur frontalier de la Sarre. Les hôtels de l'époque n'ayant pas de télé dans la chambre, je passais mes soirées en Allemagne à Sarrebrück en flânant dans ses lieux chauds.

J'avais une prédilections pour les sex shops où dans des cabines individuelles, je pouvais visionner des vidéos très hards et regarder des peep show. Très vite le gérant des lieux avait repéré, au vu des vidéos choisies , mon orientation vers la soumission. Il me proposa du réel et de me faire dominer et traiter dans un Donjon. Tout émoustillé par les vidéos et sa proposition, j'acceptais sur le champ sa proposition. Il téléphona et m'annonça que je serai pris en charge dans un quart d'heure. La peur commença à me chatouiller. Pas longtemps car un homme imposant, botté et muni d'une cravache entra et s'adressa à moi en allemand " C'est toi la lope française?" Je ne pu qu'acquiescer. Hésitant à le suivre, je m'attendais à une Maîtresse, il fit signe au gérant qui appuya sur un bouton de son pupitre de commande. Aussitôt sur l'écran géant, j'apparus dans la cabine, le sexe à l'air, le visage en gros plan en train de jouir en me masturbant. J'avais étais filmé à mon insu.

Je cèdais et le suivi dans sa voiture. Il m'emmena dans une bourgade voisine , dans une maison isolée, sous les toits, dans un grenier aménagé, encombré de nombreux accessoires dont un sling suspendu au plafond. En face une des premières caméra vhs sur pieds et une dizaine de chaises.

Premier ordre "A poil!". Que pouvais faire d'autre? e m'exécutait en tremblant puis à sa demande je m'installais sur le sling où il m'attacha. La caméra vhs enregistrait déjà. Par ailleurs il me prenait en photos sous tous les angles en m'ordonnant de bien offrir mon visage à l'objectif. "Tu vas maintenant apprendre à connaître ton Maître" qu'il me dit en sortant sa queue déjà imposante. D'abord il me l'enfonça encore un peu molle en bouche et m'ordonna de la sucer. Après quelques nausées, je pu me maitriser et commençait à le satisfaire vu que la queue prenait de la raideur et une belle ampleur. Bien grosse, il la sortit de ma bouche et l'appliqua sur ma rondelle. Il m'ordonna de bien le regarder droit dans les yeux et , d'un coup sec, me défonça. Caprès avoir jouit en moi, il se retira et me détacha les mains. Un réflexe pervers me poussa à saisir mon sexe et à me masturber devant lui, devant sa caméra et son appareil photos qui ne cessait de flasher. Je n'avais plus peur, le plaisir avait pris le dessus sur ma honte. Je savais maintenant que je lui appartenait.

Après quelques supplices complémentaires ( cire, fouet, pinces, godes, poids,...) il me détacha. Debout, toujours nu devant la caméra, il m'annonça que j'allais être son objet de soumission totale trois soirées par semaine. Il me fit comprendre que je n'avais pas le choix en me montrant ma carte de visite professionnelle qu'il avait trouvé dans la pochette de ma veste. Je ne pouvais que céder et donner mon accord devant la caméra. Il m'annonça pour le lendemain une séance particulière en m'indiquant que j'allais être traîté par une bourgeoise trompée par son mari et qui voulait se "défouler" sur un homme.

Il me ramena au sex shop et les deux compères me présentèrent, jeune cadre en costume et laisse au cou, aux clients présents et m'entrainèrent dans une cabine au fond. Je du y entrer, m'agenouiller sur une sorte de prie dieu face à une paroi trouée. Mains et pieds attachés au prie dieu, la laisse enroulée sur deux anneaux fixés au mur maintenait ma bouche contre le trou. Très vite les queues se succédèrent et le sperme envahit ma bouche. Une heure après je fus relâché avec ordre de me représenter le lendemain pour la séance prévue avec la bourgeoise allemande. Plus qu'un long récit, je vous résume en photos cette séance avec Mme Petra qui s'est vengée de son mari sur moi pendant près de deux heures.

C'est ainsi que je devins le soumis de Maître Richard qui me domina, m'exploita comme une pute à tout faire, pendant près de dix ans et ce plusieurs fois par semaine. Toujours en public, soit dans son Donjon, soit dans une sex shop avec en final une demie hure où j''étais livré aux spectateurs . Vous trouverez quelques photos d'archive dans l'album Richard, mon premier Maître.

Ces aveux publics me sont ordonnés par mon dernier Maître, Maître Justin qui m'a repris en main. Je suis à vous pour répondre à toutes les questions, même les plus intimes, que vous souhaiteriez me poser.

Hors ligne
Couple Soumis canin Superbes photos et très beau couple de Maîtres... Ca fait envie !
Il y a 3 mois -
Hors ligne
Couple justinenjustine salut mon J L
Il y a 3 mois -
Membre certifié
Hors ligne
Couple justinenjustine J'aime bien cette histoire, même s'il manque quelques détails croustillants...au fait pourquoi pas les rajouter....?
Il y a 3 mois -
Membre certifié

Pour laisser un commentaire, merci de vous connecter

Puni et exhibé pour vol dans un sex shop

Il s'agit la de ma première expérience d'exhibition publique subie dans un...